Décline toute responsabilité en cas de procrastination

Comment réussir ses études de droit ?

comment reussir ses etudes de droit universite

Plusieurs threads twitter ont parlé de comment réussir ses études de droit. La plupart d’entre eux sont culpabilisants, il faudrait avoir déjà des prérequis avant la première année. Les études de droit sont longues, les professeurs ne sont pas toujours bienveillants. La confusion qu’on peut ressentir au début est devenue un business, plusieurs livres sur « comment réussir ces études de droit » (et éventuellement le CRFPA, l’ENM) ont été publiés.

Je trouve important de ne pas vous laisser sans ressources devant ces discours sur la compétition permanente et obligatoire,  la difficulté de la filière et de l’insertion professionnelle. J’ai ressenti beaucoup de négativité au fil de mes études. J’avais beau être consciente de mes qualités, mon estime de moi en a pris un coup à force d’entendre à quel point ce dans quoi je m’étais engagée était dur et à quel point je risquais de ne pas réussir.

Malgré ces discours, la filière n’est pas fermée, le droit offre beaucoup de débouchés. Si vous bifurquez après une ou plusieurs années d’études, votre profil sera valorisé quand même. Mais le but n’est pas de vous dire que vous bifurquerez.

En commençant mes études de droit, je me suis inscrite en licence de droit double diplôme. Je ne connaissais personne dans ma famille qui fasse du droit, je n’ai pas bénéficié de beaucoup de conseils. J’ai connu quelques problèmes d’entrée en master mais je me suis remise en question et j’ai pu faire une formation qui me plaisait vraiment. J’ai terminé mon Master 2 et j’ai trouvé un emploi à la sortie de mes études.

Je garde un avis mitigé sur mes études de droit, il y a des choses que je ferais différemment avec du recul. Je me serais aussi moins angoissée pour certains sujets, et moins comparée aux autres. C’est pour cette raison que j’ai rédigé cette liste de conseils.

Prenez de l’avance

Comment prévoyez-vous de noter les cours ? C’est une question à vous poser avant de commencer, il est plus facile de changer de méthode à la fin de l’année ou d’un semestre. Il n’est pas utile d’investir dans une tablette ou un ordinateur léger si vous avez déjà un ordinateur que vous pouvez transporter. Beaucoup d’étudiants prennent les cours ainsi, il faut dire que certains cours de droit sont dictés très rapidement par les enseignants. L’autre avantage d’une prise de notes à l’ordinateur, c’est de pouvoir transmettre les cours et les corriger facilement.

Mais la prise de notes à l’ordinateur présente des inconvénients. Risquez-vous d’être distrait par votre ordinateur et la tentation de jeter un œil à ses réseaux sociaux ? Il est important de garder une discipline pendant les cours. Quand vous commencez à vérifier les réseaux sociaux, aller sur un site … pendant le cours, vous percevez vraiment moins bien le sens. Je le sais, je suis passée par là. Faites le maximum pour ne pas être distrait en cours pour vous alléger après les cours.

Une série de tweets de Véronique Beaulande qui vous expliquera le fonctionnement de l'université ! https://twitter.com/VBeaulande/status/1034114185851006976

Une série de tweets de Véronique Beaulande qui vous expliquera le fonctionnement de l’université ! https://twitter.com/VBeaulande/status/1034114185851006976

Si vous avez peu de temps,

Relisez le cours le soir même, ou le lendemain au maximum. Vérifiez les numéros des articles et copiez-collez le texte depuis Légifrance. Si vous ne pouvez pas le faire sur une base quotidienne, prenez le temps de relire les cours en fin de semaine. C’est incroyable comme ce qui a l’air compréhensible sur le coup peut sembler nébuleux quelques jours après …

Une fois que les fascicules de TD vous sont distribués, relisez le cours puis lisez le fascicule. Prenez des notes. On vous demandera très certainement une fiche d’arrêt, c’est long et fastidieux. Pour les arrêts où ça ne vous est pas expressément demandé, prenez un gros post-it et notez la solution trouvée, placez le post-it sur votre fascicule de cours (comme une petite fenêtre). Ce sera plus facile à réviser en fin de semestre.

Essayez surtout d’être régulier. Se retrouver à réviser en moyenne huit matières en fin de semestre est un effort important. Si vous évitez d’accumuler du retard, vous passerez une fin de semestre un peu moins chaotique.

Si vous avez plus de temps,

Les professeurs distribuent très souvent le syllabus de leur cours. Il s’agit d’un plan du cours, divisé en parties qui englobent des chapitres qui englobent des sections. Vous avez votre syllabus de droit constitutionnel ? Empruntez un livre de droit constitutionnel. Avant chaque nouveau cours de cette matière, ouvrez le syllabus et lisez les trois prochaines sections / chapitres dans votre manuel (selon son découpage).

Vous ne comprendrez pas tout du premier coup, mais l’explication du professeur consolidera vos acquis au lieu de n’être qu’une découverte. Vous comprendrez mieux, et vous mémoriserez mieux.

Si vous avez encore du temps,

Le conseil est plus intéressant après la première année. Il existe énormément de magazines juridiques. Certains sont très accessibles (Liaisons sociales <3), d’autres plus ardus. Essayez de voir ceux qui vous parlent et correspondent aux domaines dans lesquels vous avez des appétences. Faites simple pour la consultation : rendez-vous en bibliothèque universitaire ou accédez-y via vos accès internet. Lire ces magazines vous apportera un vrai plus. Si vous tombez sur les bons articles, vous pouvez vous douter du sujet (d’actualité) qui peut être posé en partiel ou simplement bénéficier d’une nouvelle explication.

Ma petite mise en scène des post-it. Je n’opte pas pour un langage soutenu quand je les rédige, je fais au plus simple. Ca prend déjà bien assez de temps comme ça ! Si vous n’avez pas le temps, un coup de surligneur aux endroits utiles suffira.

Ne restez pas seul-e

Ne prêtez aucune attention à ceux qui affirment que la fac / les études c’est facile. Ils ne connaissent pas votre situation (manque de temps, difficultés de concentration, problèmes d’orthographe, stress …)

Essayez de vous entourer de camarades avec qui parler des exercices et vous répartir la charge. Beaucoup d’enseignants de TD pratiquent une méthode qui met beaucoup de pression. Les exercices à rendre sont relevés aléatoirement dans le semestre, vous forçant à les préparer à chaque fois comme si vous jouiez votre moyenne dessus. C’est chronophage et le partage des notes ou des plans entre camarades peut vous aider.

Cependant, je ne vous conseille pas de passer vos notes papier. Photocopiez-les ensemble (à votre camarade de payer la photocopie), mais ne les laissez pas. C’est une triste réalité mais beaucoup d’étudiants abandonnent, ne prenez pas le risque d’être privé de vos notes. Vous pouvez envoyer une version numérique plus facilement.

Ne cherchez pas la compétition si ça ne vous motive pas

J’ai un point de vue personnelle sur la compétition : ça ne m’intéresse pas. Pour les études de droit, je pars du principe que la compétition n’a pas de sens (parcours différents, avance ou retard dans certaines matières, fort taux d’abandon). C’est pour ça que je ne garde pas jalousement mes notes, je préfère passer mes cours en espérant qu’on me renvoie l’ascenseur. Ca a bien marché pour moi. Mais si vos camarades à qui vous partagez le fruit de vos efforts ne renvoient jamais l’ascenseur, vous avez le droit de leur faire remarquer.

Certains étudiants truquent les numéros d’article ou les jurisprudences dans les cours qu’ils donnent, pour « éliminer la concurrence ». Evitez ces personnes, c’est un comportement toxique. Vérifiez les cours qu’on vous envoie en regardant les numéros d’articles (comme dans le conseil précédent).

Prenez contact avec des professionnels. Demandez des précisions à vos enseignants (la plupart adorent parler de leur sujet et n’oubliez pas que c’est aussi leur métier). Quand vous rencontrez quelqu’un qui fait plus ou moins du juridique, parlez-en ensemble. Allez au SCUIO de votre université demander des conseils orientation. Prenez contact avec des étudiants des masters qui vous plairaient pour savoir s’ils en déchantent et si le réseau promis est au rendez-vous.

Mettez les mains dans la pratique du droit,

Non seulement vous remplirez votre CV en vous approchant de professionnels, mais vous comprendrez mieux vos études et pourquoi vous les faites.

"Le

Essayez de faire des stages

Si vous le pouvez, faites-vous recommander pour un stage grâce à une personne que vous connaissez. Les stages de moins de deux mois ne sont pas rémunérés, l’entreprise ou le cabinet ne doit donc vous consacrer que du temps. Faites ce que vous pouvez pour trouver un premier stage, ce sera ça de pris. Essayez aussi de faire des stages avant qu’ils ne soient obligatoires dans votre cursus : vous pourrez être plus sélectif sur les stages obligatoires.

Les bureaux d’insertion professionnelle des facultés, généralement appelés SCUIO, ont une liste de contacts et certaines offres sont récurrentes. Essayez de faire marcher votre réseau pour obtenir des noms d’entreprises. Prenez contact par mail avec les cabinets d’avocat que vous ne connaissez pas. Elargissez vos possibilités de candidatures : offices de notaires, offices d’huissiers de justice, agences immobilières, services juridiques des assurances, sièges sociaux des entreprises, organisations professionnelles (MEDEF, CAPEB …) …

Profitez-en pour vous demander quels sont vos critères et dans quel ordre vous les classez, pour ne pas être déçus quand vous aurez plusieurs possibilités de stage. Découvrir ce domaine en particulier ? Ou simplement vous sentir libre de poser des questions sans être jugé ? Voir un peu tout ? Une belle entreprise sur votre CV ? J’ai privilégié de petites structures, dans lesquelles je trouverai une équipe avec une bonne ambiance (= on m’a conseillée, les collègues et le maître de stage étaient contents de me donner des conseils) et des missions intéressantes (en ciblant pour ma dernière expérience ce que je voulais faire comme missions au quotidien dans un emploi = plus facile de convaincre un recruteur

Les alternatives aux stages

Pas de stage facultatif ? Pas grave, il existe d’autres solutions.

Certaines associations sont toujours preneuses d’un coup de main bénévole. Associations aidant les personnes migrantes, associations de consommateurs, etc. Ce sera du donnant-donnant. La prochaine fois, vous serez mieux armé pour trouver un stage. Cela vous permettra de bénéficier de la gratification des stagiaires (pas très élevée mais mieux que rien).

Prenez l’habitude de vous rendre au palais de justice et d’assister à certaines audiences. Certaines audiences sont privées, par exemple en matière familiale. Mais certains avocats ténors du barreau plaident au pénal et en prud’hommes. C’est intéressant de les voir, même si vous n’avez pas envie d’être avocat c’est une manière d’assimiler une matière différemment.

Avez-vous pensé à l’alternance ?

L’alternance était vue comme une filière par défaut il y a quelques années. Désormais, les facultés de droit proposent de plus en plus que la dernière année d’études (le master 2) soit effectuée en alternance.

Il existe une voie parallèle aux études de droit, le DUT carrières juridiques mais il semble encore très mal valorisé. Les deux ans de DUT ne permettent d’aboutir qu’à l’entrée en L2 de droit. Il est donc possible de faire une DUT puis une licence professionnelle et de continuer en master … mais la sélection pourra être difficile. Elle est encore très opaque et reproduit les inégalités sociales.

Une licence professionnelle, ou un master en alternance peuvent vous apporter beaucoup. J’ai fait deux ans de master en alternance, et c’est un de mes meilleurs choix. 

A titre professionnel, j’‘ai utilisé mes connaissances. Ca m’a permis d’être indépendante et de décrocher mon emploi à la fin. Je n’ai plus eu à choisir entre assister à certains cours et me rendre à mon job étudiant, et c’est un soulagement difficilement à décrire.

A titre personnel,  je me suis extraite de la comparaison permanente car nous avons tous des parcours différents et sommes dans des entreprises différentes, j’ai pris confiance en moi. Beaucoup de mes enseignants étaient des professionnels qui nous traitaient en professionnels et plus en étudiants.

D'autres bons conseils, donnés par Repris2justesse (que j'invite à suivre si vous avez twitter) https://twitter.com/Repris2justess/status/1032743449185931266

D’autres bons conseils, donnés par Repris2justesse (que j’invite à suivre si vous avez twitter) https://twitter.com/Repris2justess/status/1032743449185931266

Vous êtes légitime à : 

  • Etre critique sur le discours qu’on vous sert professionnellement : les universitaires vanteront les mérites des thèses, les avocats vous expliqueront qu’un juriste d’entreprise ne s’épanouit pas … c’est une question de valeur. Où est-ce que vous placez votre emploi dans votre vie ? Qu’est-ce qui vous motive (curiosité intellectuelle, aider les autres …) ?
  • Trouver que c’est difficile et qu’on pourrait vous enseigner les choses différemment. Faire plus de pédagogie. Ca demande une remise en question et c’est plus simple quand il n’y a qu’un petit groupe d’élèves, mais les bons enseignants le font.
  • Déplorer que le système soit encore élitiste et qu’il aide peu les étudiants qui ont un job à côté. Tout comme il favorise peu les étudiants sortis de filières professionnelles …  Vous avez pourtant toutes vos chances.

 3 conseils détaillés, valables dès la première année.


RELATED POST

Laisser un commentaire