Décline toute responsabilité en cas de procrastination

Lus en février

Voilà bien longtemps que cet article aurait du être publié. Voyages littéral et littéraire au programme.

La ferme africaine, Karen Blixen

Karen Blixen la ferme africaine

Karen Blixen est une écrivaine danoise très connue. J’avais envie de la découvrir depuis un moment.
La baronne Blixen raconte la vie dans sa plantation de café en Afrique. Ses relations avec les travailleurs de la ferme, leurs coutumes … C’est une période que je ne connaissais pas. J’ai été surprise de me rappeler l’existence de ces plantations post première guerre mondiale. Pas de l’escalavage mais une grosse dépendance économique.
Tout ça aurait été très bien si régulièrement, karen blixen ne nous racontait pas des petites anecdotes sur les indigènes d’un ton paternaliste. Ce racisme à intervalles réguliers m’a mise mal à l’aise.

Petit enfer de la bibliothèque, Jasper Fforde

Le sixième tome des aventures de Thursday Next. Ce n’est pas que je n’en attends plus rien, mais je suis toujours certaine de passer un bon moment et j’en attends un bien bon moment. Reste à savoir si je serai assez courageuse pour tenter l’aventure en anglais, le dernier n’étant pas traduit.
Les aventures délicieuses de cette héroïne indépendante, faillible, butée, courageuse, intègre. Quelques trouvailles astucieuses. Une fin émouvante, le développement de deux chouettes personnages. Pas le tome qui me laissera un souvenir interminable mais je l’ai beaucoup apprécié.

Wild, Cheryl Strayed.

Déboussolée, Cheryl se remet encore du décès de sa mère et de son divorce lorsqu’elle s’engage sur le Pacific Crest Trail, une randonnée de mille huit cent kilomètres. Mal équipée et pas entraînée, elle part très mal (littéralement) et ma mère deviendrait cardiaque si je lui annonçais une idée aussi peu rassurante. Sans surprise, elle se débrouille à la fois très mal … et très bCheryl Strayed Wildien. Gros coup de coeur littéraire, j’ai aimé la fluidité du récit et le voyage initiatique.
Même si j’avais vu le film adapté du récit, j’ai ressenti beaucoup d’émotion à la lecture de ce voyage. La traduction est fidèle au côté indolent de la narratrice au début de l’aventure et de sa metamorphose progressive. Cheryl est parfois egocentree (moins que Rebecca qui se leurre elle aussi sur ses problèmes familiaux et amoureux), mais ne le sommes nous pas tous à un moment ou un autre ?
Le ton est parfois grandiloquent (moins que mange, prie, aime), mais hormis ce défaut, Wild se savoure et donne une furieuse envie de se perdre avec soi même pour mieux se retrouver.
C’est tout pour février, il était temps que ce petit bilan sorte. Qu’avez-vous lu ce mois ci ?

RELATED POST

Your email address will not be published. Required fields are marked *

INSTAGRAM
CLIC CLIC